Afrique

Des policiers en grève au Burkina Faso

Les policiers refusent d’assurer le service payé.   Ils réclament la transparence dans la gestion des fonds générés par les services payés et accusent leur hiérarchie de détournement de fond.

Écouter l'audio 02:10

Écoutez les explications de Richard Tiéné

Les services payés notamment à travers certaines institutions privées telles que les banques ou les escortes des sociétés minières seraient détournés par la hiérarchie de la police nationale. Conséquences immédiates de la grogne des agents de police : absence des policiers au niveau des institutions financières et des sociétés minières.


Dans les hôtels ce sont des éléments de la brigade anti criminel qui assurent la sécurité. Un saut d’humeur des agents de police qui divise au sein de l’opinion publique.


Les frondeurs réclament par ailleurs et sans condition la tête du Directeur général de la police nationale Lazare Tarpaga. Le ministre de la sécurité intérieure Simon Compaoré multiplie les initiatives qui jusque-là restent infructueuses. 


Plusieurs policiers réquisitionnés mènent des patrouilles dans toute la ville et régulent la circulation. Cette réquisition, de l’avis de certains agents est une manœuvre tendant à les démoraliser. Ils précisent qu’ils exécuteront avec loyauté toute les tâches qui leur incombent sauf, pour l’instant, celles relatives au service payé. 

Audios et vidéos sur le sujet

Albanian Shqip

Amharic አማርኛ

Arabic العربية

Bengali বাংলা

Bosnian B/H/S

Bulgarian Български

Chinese (Simplified) 简

Chinese (Traditional) 繁

Croatian Hrvatski

Dari دری

English English

French Français

German Deutsch

Greek Ελληνικά

Hausa Hausa

Hindi हिन्दी

Indonesian Bahasa Indonesia

Kiswahili Kiswahili

Macedonian Македонски

Pashto پښتو

Persian فارسی

Polish Polski

Portuguese Português para África

Portuguese Português do Brasil

Romanian Română

Russian Русский

Serbian Српски/Srpski

Spanish Español

Turkish Türkçe

Ukrainian Українська

Urdu اردو