Le corps de Tshisekedi attend toujours d’être rapatrié | Afrique | DW | 07.12.2017

Afrique

Le corps de Tshisekedi attend toujours d’être rapatrié

Pour Félix Tshisekedi, c’est la "mauvaise foi" du gouvernement congolais qui explique le retard dans le rapatriement de la dépouille de son père, Étienne Tshisekedi, décédé à Bruxelles le 1er février dernier.

Écouter l'audio 00:56

"Nous avons affaire à une dictature qui a peur de ce rapatriement" (Félix Tshisekedi, président du Rassop)

La dépouille du leader historique de l'opposition congolaise, Étienne Tshisekedi décédé à Bruxelles le 1er février, n’a toujours pas été rapatriée dans son pays. Pourtant en août dernier, un accord sur le rapatriement de son corps semblait avoir été trouvé entre le pouvoir, sa famille et son parti.

Mais son fils, Félix Tshisekedi, qui l’a remplacé à la tête de l’UDPS, attribue l’échec des négociations à la "mauvaise foi" du gouvernement congolais et en particulier au président Joseph Kabila.

 

Cliquez sur l’image pour écouter l’interview qu’il a accordée à la Deutsche Welle.

Audios et vidéos sur le sujet

Albanian Shqip

Amharic አማርኛ

Arabic العربية

Bengali বাংলা

Bosnian B/H/S

Bulgarian Български

Chinese (Simplified) 简

Chinese (Traditional) 繁

Croatian Hrvatski

Dari دری

English English

French Français

German Deutsch

Greek Ελληνικά

Hausa Hausa

Hindi हिन्दी

Indonesian Bahasa Indonesia

Kiswahili Kiswahili

Macedonian Македонски

Pashto پښتو

Persian فارسی

Polish Polski

Portuguese Português para África

Portuguese Português do Brasil

Romanian Română

Russian Русский

Serbian Српски/Srpski

Spanish Español

Turkish Türkçe

Ukrainian Українська

Urdu اردو