Les réformes constitutionnelles divisent les Tchadiens | Afrique | DW | 10.10.2017

Afrique

Les réformes constitutionnelles divisent les Tchadiens

Au Tchad, un projet de réformes constitutionnelles crée la polémique dans le pays. Le rapport d’un groupe de techniciens chargés de faire des propositions est controversé.

Tschad Präsident Idriss Deby (Getty Images/F.Belaid)

Pas moins de 70 propositions sont contenues dans le rapport dont les fuites font réagir les Tchadiens. Parmi ces propositions, il y a la limitation du mandat présidentiel et celui des parlementaires. Si la réforme est adoptée, en 2021 par exemple, le président de la République sera élu pour un mandat de sept ans, renouvelable une seule fois.

Les députés, les sénateurs et les conseillers municipaux auront un mandat de six ans renouvelable une seule fois. Mais ce qui met certains Tchadiens en alerte, c’est la proposition sur la réforme territoriale qui impliquerait une fusion de certaines régions en dépit des différences ethniques. "Nous avons travaillé sur une hypothèse de création d'à peu près une douzaine de provinces qui vont absorber les vingt-trois régions. Donc, il y a eu beaucoup de discussions sur cette hypothèse et finalement, nous avons décidé d'en prendre compte dans notre rapport. La deuxième hypothèse envisage peut-être un peu plus de provinces, c’est-à-dire aller vers quatorze ou quinze provinces au lieu de rester figés sur les douze que nous proposions initialement" assure Abdoulaye Sabre Fadoul, Secrétaire général du gouvernement et rapporteur du comité technique auteur du rapport.


Mais "le fait de fusionner certains départements, certaines régions aujourd’hui en province et de rapprocher certaines populations n’augure rien de bon, simplement parce que certains vont croire perdre certains de leurs privilèges et d’autres ne sont pas prêts à se soumettre à des voisins qui, hier encore, n’étaient pas dans la même circonscription administrative et avec qui ils n’avaient pas de liens de subordination" estime pour sa part Evariste Ngarlem Tolde enseignant, chercheur à l’université de N’Djaména. Pour lui, de nombreux conflits passés ont entraîné une fracture au sein de la société tchadienne.

Le processus est en marche

Le projet de réformes constitutionnelles devrait se poursuivre avec une présentation prochaine des propositions au haut comité chargé des réformes. Celui-ci soumettra l’ensemble du document au débat lors d’un forum national. Suivra la validation par voie référendaire ou parlementaire.

Albanian Shqip

Amharic አማርኛ

Arabic العربية

Bengali বাংলা

Bosnian B/H/S

Bulgarian Български

Chinese (Simplified) 简

Chinese (Traditional) 繁

Croatian Hrvatski

Dari دری

English English

French Français

German Deutsch

Greek Ελληνικά

Hausa Hausa

Hindi हिन्दी

Indonesian Bahasa Indonesia

Kiswahili Kiswahili

Macedonian Македонски

Pashto پښتو

Persian فارسی

Polish Polski

Portuguese Português para África

Portuguese Português do Brasil

Romanian Română

Russian Русский

Serbian Српски/Srpski

Spanish Español

Turkish Türkçe

Ukrainian Українська

Urdu اردو