Revue de presse

L'ONU s'alarme des discriminations contre les personnes noires en Allemagne

Dans la presse allemande cette semaine, l'ONU s'alarme des discriminations toujours nombreuses dont sont victines les personnes à la peau noire en Allemagne. Récit aussi du scandal des vols de poissons en Afrique.

Debout contre le racisme est écrit sur une banderole lors d'une manifestation à Berlin en 2016. (Reuters/S. Loos)

"Debout contre le racisme" - Manifestation à Berlin en 2016.

C'est "un rapport qui aurait dû faire les gros titres de la presse allemande en début de semaine s'il n'y avait pas eu les élections", nous dit la Tagezeitung. Un rapport de l'ONU envoyé au Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme à Genève en l'occurence. Il s'inquiéte du "racisme structurel contre les personnes noires en Allemagne". Les médias, les propriétaires qui louent de logements, les policiers ou encore les employeurs sont mises en cause. "Malgré une société multiculturelle, les stérótypes contres les personnes noires sont tellement ancrées que les discriminations à l'école, au travail ou devant la justice continuent d'exister", dit le rapport. 

Plus grave encore l'ONU s'inquiète des "morts suspectes de personnes noires" dans le pays ! On cite des cas de morts non élucidées à Brème, à Dortmund, à Berlin ou encore à Dresde. Le gouvernenement allemand se défend, parle de "malentendus et d'inexactitudes". Avant l'Allemagne et en moins de trois mois, le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme s'était inquiété de situations parfois semblables, en France et aux Etats-Unis. Trois pays parmis les plus riches du monde.

 

Des firmes européennes voleuses depuis des années

Aquakultur in der Adria - Thunfischzucht vor der Insel Ugljan (picture-alliance/PIXSELL/D. Stanin)

Ce vendredi, la Süddeutsche Zeitung nous emmène sur les côtes d'Afrique de l'Ouest, à Banjul en Gambie. Des côtes de 80 kms "où les Anglais se font bronzer". Mais des côtes où on voit aussi passer parfois d'énormes chalutiers raconte la Süddeutsche Zeitung. Ils viennent de Chine, du Japon ou d'Europe. Le seul problème dans cette histoire ce que, contrairement aux touristes anglais, eux n'ont pas le droit d'être là ! Ils le savent, mais "il arrive que si on tente de faire quelque chose les capitaines de ces bâteaux nous donne 100 dollars en liquide", raconte un membre des gardes-côtes de Gambie. "C'est un tiers de notre salaire annuel, vous feriez quoi vous ?", interroge ce monsieur.

Non loin de lui, les pêcheurs locaux reviennent souvent de la pêche avec de assez peu de poissons. Certaines espèces ont déja disparu à 80% de toute façon. "Les Européens font tout pour réduire l'immigration sur leurs terres, mais font en même temps tout pour qu'elle continue", écrit la Suddeutsche Zeitung.

 

Une africaine "prix nobel" 

Enfin, une bonne nouvelle pour l'Afrique arrivée de Stockholm, la capitale suédoise. C'est là qu'ont lieu chaque année les cérémonies de récompense pour les prix nobels alternatifs. Une africaine fait partie des lauréats cette année raconte la Neuesdeutschland ! Yetnebersh Nigussie une avocat ethiopienne aveugle de 35 ans. Elle a reçu le prix "du travail inspirant qui promeut les droits et l'inclusion des personnes en situation de handicap". "Face à un point faible il y a souvent 99 points fort" dit l'avocate !

Liens

Albanian Shqip

Amharic አማርኛ

Arabic العربية

Bengali বাংলা

Bosnian B/H/S

Bulgarian Български

Chinese (Simplified) 简

Chinese (Traditional) 繁

Croatian Hrvatski

Dari دری

English English

French Français

German Deutsch

Greek Ελληνικά

Hausa Hausa

Hindi हिन्दी

Indonesian Bahasa Indonesia

Kiswahili Kiswahili

Macedonian Македонски

Pashto پښتو

Persian فارسی

Polish Polski

Portuguese Português para África

Portuguese Português do Brasil

Romanian Română

Russian Русский

Serbian Српски/Srpski

Spanish Español

Turkish Türkçe

Ukrainian Українська

Urdu اردو