International

Réactions africaines après la décision de Trump

Reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël : pour de nombreux pays africains, la décision du président américain risque d'exacerber des tensions déjà vives au Proche-Orient.

Écouter l'audio 08:09

"Cette déclaration est porteuse de danger" (Madieye Mbodj, président du collectif Solidarité Sénégal Palestine)

Dans les pays arabes du Maghreb, les réactions ont été fermes et unanime. Selon plusieurs médias en ligne, le Maroc, qui assure la présidence du comité "Al Qods" (Jérusalem en arabe), au sein de l’Organisation de Coopération Islamique, a convoqué un haut responsable américain à Rabat pour lui exprimer sa désapprobation. Le Maroc renouvelle par ailleurs son plein soutien aux Palestiniens pour qu’ils recouvrent leurs droits légitimes.

La Tunisie, elle, fustige, "une atteinte primordiale au statut juridique et historique de la ville et une violation des décisions de l’ONU."

Alger, de son côté appelle la nation arabe et la communauté internationale, à se mobiliser pour le respect des droits nationaux des Palestiniens et du statut international de la ville sainte."

Une réunion d’urgence de la Ligue arabe est d’ailleurs prévue le 13 décembre. Au moins 22 pays africains doivent y prendre part. Tous soutiennent la cause des Palestiniens.

Les pays subsahariens plus discrets

L’Union africaine, par la voix du président de sa commission, le Tchadien Moussa Faki Mahamat, a réitéré sa solidarité avec le peuple palestinien dans sa quête d’un Etat indépendant qui devrait avoir pour capitale Jérusalem-Est, est. 

La rédaction a  tenté de joindre plusieurs chefs de diplomatie des pays de l’espace francophone mais ils n’ont pas souhaité commenté la décision du président américain Donald Trump.

"Nous estimons que cette déclaration est porteuse de danger. Parce qu’elle encourage ceux qui sont justement les faiseurs de guerre. Comme Netanyahu et l'extrême droite israélienne. Ils vont se sentir plus que jamais soutenus par les Etats-Unis et par d'autres puissances pour continuer à nier les droits du peuple palestinien, tel que cela est défini dans les résolutions des Nations-Unies", a pour sa part déclaré à la Deutsche Welle, Madieye Mbodj, le coordinateur, à Dakar, du collectif Solidarité Sénégal Palestine.

Précisons que le Sénégal, dirige depuis 1975, le comité des Nations unies pour l’exercice des droits inaliénables du peuple palestinien.

Pressions populaires

Du côté de la rue, plusieurs centaines de personnes ont manifesté ce jeudi à Tunis en Tunisie, à l'appel de partis de gauche et de groupes islamistes. Les députés tunisiens ont même voté une loi qui demande aux "pouvoirs arabes et musulmans d'assumer leur responsabilité historique afin que la décision américaine ne soit pas mise à exécution".

D'autres manifestations ont également eu lieu dans le monde arabe et musulman, en Jordanie, au Pakistan ou encore en Turquie.

 

Audios et vidéos sur le sujet

Albanian Shqip

Amharic አማርኛ

Arabic العربية

Bengali বাংলা

Bosnian B/H/S

Bulgarian Български

Chinese (Simplified) 简

Chinese (Traditional) 繁

Croatian Hrvatski

Dari دری

English English

French Français

German Deutsch

Greek Ελληνικά

Hausa Hausa

Hindi हिन्दी

Indonesian Bahasa Indonesia

Kiswahili Kiswahili

Macedonian Македонски

Pashto پښتو

Persian فارسی

Polish Polski

Portuguese Português para África

Portuguese Português do Brasil

Romanian Română

Russian Русский

Serbian Српски/Srpski

Spanish Español

Turkish Türkçe

Ukrainian Українська

Urdu اردو