Bruxelles embarrassé par la crise catalane

L'Union européenne ne peut se prononcer sur une affaire intérieure espagnole. Mais en rappelant que la Catalogne ne rejoindra pas automatiquement l'UE en cas d'indépendance, elle choisit de dissuader Barcelone.

En Espagne, la cour constitutionnelle s'est prononcée contre la séance prévue lundi au Parlement catalan au cours de laquelle une déclaration d'indépendance pourrait être prononcée.

Le Parlement régional devait siéger à la demande du président séparatiste catalan Carles Puigdemont.

Les positions se radicalisent alors que le pouvoir central à Madrid a rejeté tout dialogue avec les séparatistes. 

Face à ce durcissement, l'Union européenne refuse de jouer les médiateurs. Bruxelles se borne à répéter qu'il s'agit d'une affaire intérieure espagnole.

Dossier thématique


Cliquez sur la photo en haut de l'article pour écouter l'analyse de Frédéric Allemand, spécialiste des études européennes à l'Université de Luxembourg, qui revient sur le grand écart de l'UE dans cette délicate affaire catalane.