Cameroun: Maurice Kamto, un prisonnier politique?

Now live
39:26 min
Arrêté fin janvier à Douala, la capitale économique du Cameroun, l’opposant Maurice Kamto et une centaine de ses partisans croupissent en prison. "Nous et nos 160 camarades, détenus dans différentes prisons du Cameroun, sommes des prisonniers politiques", a en substance déclaré, mardi dernier, Maurice Kamto depuis la prison de Kondengui, à Yaoundé où il est incarcéré.

Maurice Kamto réfute ainsi "les allégations du ministre de la Communication", René Emmanuel Sadi, qui avait déclaré qu'ils étaient détenus pour des "faits de droit commun". Le dirigeant du MRC accuse le gouvernement de lui imputé "un certain nombre d'actes dans le dessein évident d'embastiller les alliés pour le changement, paralyser leurs activités politiques, terroriser les populations et anéantir les balbutiements de la démocratie afin d'instaurer le totalitarisme" au Cameroun.

 Début mars, l'Union européenne avait dénoncé "l'ouverture de procédures disproportionnées" contre M. Kamto et ses sympathisants, dénonçant le "malaise politique" qu'entraînerait "l'arrestation et la détention prolongée" de M. Kamto.


Réponse du porte-parole du gouvernement,: les affirmations de l'UE "résistent peu à l'analyse, à la réalité et à la véracité des faits".

Selon René Emmanuel Sadi, les dirigeants du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) de M. Kamto veulent "s'emparer du pouvoir par des manœuvres antidémocratiques".

Maurice Kamto,  est-il un prisonnier politique? Nous avons débattu de cette problématique avec nos trois invités sous l’Arbre à Palabres :

-Guy Zogo, coordinateur d’Equinoxe Télévision du Centre et du Sud-ouest du Cameroun.

-Mamadou Mota, premier vice-président du MRC, Mouvement pour la Renaissance du Cameroun fondé et dirigé par Maurice Kamto.

 Et Me Edgar Alain Enyengue, juriste et avocat au barreau de Paris.

Pour écouter l’intégralité du débat, veuillez cliquer sur la photo ci-dessus.

Suivez-nous