Le chef de file de l'opposition tchadienne répond aux inquiétudes des jeunes

Écouter l'audio 02:03
Now live
02:03 min
17.07.2017

'Le changement de génération ne se fait pas en appuyant su...

Saleh Kebzabo, président de l'UNDR au Tchad, comprend le mal-être des jeunes mais il les invite à prendre davantage leur avenir en main.

Au Tchad, les bacheliers ont commencé ce lundi 17 juillet à passer les épreuves du baccalauréat 2017. Une jeunesse qui, avec ou sans diplôme, ne se reconnaît pas dans la classe politique. Saleh Kebzabo, chef de file de l’opposition tchadienne, explique que la colère des jeunes est légitime puisque le président Idriss Déby est au pouvoir depuis presque trente ans. Mais lui-même se montre peu enclin à laisser trop vite la place aux jeunes. Le président de l’UNDR, l’Union nationale pour le développement et le renouveau, répond aux questions de Sandrine Blanchard.
 

Pour entendre la version courte de l'interview avec Saleh Kebzabo, cliquez sur la photo ci-dessus. Pour la version longue, sur les difficultés rencontrées par l'opposition au Tchad, la polémique autour du sort réservé à Laokein Médard, ancien maire de Moundou déféré ce lundi à la maison d'arrêt de Moundou après son audition pour détournement de biens, usage illicite des biens de l'Etat et complicité... ou encore les discussions sur la légitimité des députés qui n'ont plus de mandat légal depuis deux ans, c'est ici :

Écouter l'audio 05:20
Now live
05:20 min
ACTUALITÉS | 17.07.2017

'Déby veut destabiliser toute l'opposition' (Saleh Kebzabo...

Dossier thématique